MOIKA 104 GALLERY SAINT PETERSBOURG

" ...Dans les compositions de Bernard J. Brisson, on admire une maîtrise virtuose des couleurs, du rythme et la complexité des associations..." Moika 104 Gallery avril 2021

"...В композициях Бернара Ж. Бриссона - виртуозное владение цветом, ритмом и сложностью сюжетных ассоциаций..." Moika 104 Gallery

MOIKA 104 Gallery Saint Pétersbourg avec Ekaterina Posetselskaya

MOIKA 104 Gallery Saint Pétersbourg avec Olga Khlopova und Nina Emilia

Expo Saint Pétersbourg Avril mai 2021

Expo Saint Pétersbourg Avril mai 2021

EXPOSITION BBK DÜSSEDORF




LE REGARD DE SERGE MAIRET

Ne cherche pas expliquer : Â quoi bon ferrailler avec plus grand que toi ?
Univers imaginaires :
Insaisissable imagination
Devrais-tu écrire ;
La peinture n'est pas une poche
Que tu peux retourner à ta guise.
Elle se joue de la dialectique intérieur/extérieur
L'abstraction ne met pas fin à la conceptualisation ;
Au contraire, elle la ritualise.
Je vois ici un rituel cosmique :
Il faut aller au-delà du regard physique
Et même dépasser l'imaginaire ;
Pour parvenir où ?
Avec une maestria consommée
Bernard Jacques Brisson te détourne de son objet ;
Il te tiraille à hue et à dia,
Non pas dans une déflagration de couleurs
Comme tu l'aurais pensé de prime abord
Mais dans une réfraction de la lumière
 l'instar des vitraux d'une cathédrale.
Là, je commence à toucher ce qui fait sa grandeur :
Tout est dévoilé
Et rien n'est dévoilé ;
J'y suis enfin : Bernard-Jacques Brisson
Est un dialecticien de la respiration.
Je me prépare, j'entre en apnée,
Je le prends dans mes bras, il me prend dans ses bras.
Il attendait que je fasse avec lui mon entrée dans l'invisible,
Dans l'ultra-violet qui constitue son domaine intime.
Il te faut plisser les yeux pour découvrir les personnages minuscules
Dissimulés dans ses tableaux
Comme autant d'étoiles naines !

Prends garde : il cherche obstinément à détourner ta pensée
De se focaliser sur un point précis,
T'abstraire, te laisser porter,
Enlever tes vêtements,
Apparaître nu :
Pour quelle finalité ?
Tu vois bien qu'il n'y en a pas...
Miro avait un peu trop hardiment affirmé
"Avoir détruit la peinture".
Picasso "qu'elle restait à faire".
Bernard Jacques Brisson nous parle d'énergie créatrice,
Bienfaisante, ouverte.
Ses tableaux s'écoulent dans une succession de traces
Qui apparaissent et disparaissent
Sans paraître intimidées
Par le jeu de la gravitation.
Son art n'appartient qu'à lui-même :
Il surgit où on ne l'attendait pas,
Oublieux du temps
Oublieux même de l'oubli :
Il reste la joie d'avoir parcouru œuvre si singulière,
De savoir qu'il a réussi à faire de nous son complice,
Ce qui n'est pas une mince affaire en matière graphique,
Comme lorsque tu reviens d'avoir visité le cratère d'un volcan
La bouche encore emplie de la couleur fauve
Des rivières de lave.
Sa lave : oriflamme !

Serge Mairet, anthropologue, écrivain, journaliste
fondateur de "l'Art de la Cité Resplendissante de Shambhala"
Avril 2021